Chaotica Cloaquis

05 décembre 2016

Critique : Les Animaux Fantastiques

Allez, pour se remettre en jambe, rien de tel qu'une petite critique du film récemment sorti "Les Animaux Fantastiques".

205295

 

Pas mal de choses à dire, en bien et en moins bien sur ce premier film tiré de l'univers de la franchise Harry Potter, sans être un Harry Potter.

Je vais commencer par le gros plus : l'ambiance.

L'action prend place dans le New-York des années 20, et ça c'est déjà quelque chose qui ne pouvait que me plaire. L'époque est plutôt bien retranscrite et ça pose déjà un univers agréable dans lequel le film peut évoluer. Mention spéciale au troquet clandestin sorcier, tout à fait dans l'ambiance de la prohibition en cours. 

Le ton est résolument sombre. On pose le contexte dès le début : la montée en puissance de Grindelwald, suivi par un épisode curieux de phénomène magique en plein NY aux accents de polar magique.

J'ai particulièrement bien aimé la confrontation entre les fidèles de Salem et les nantis de la ville. On voit tout le décalage possible à cette époque entre une classe dominante et riche vivant déjà la pleine opulence du 20ème siècle et la classe basse n'ayant pratiquement pas évolué depuis le 17ème siècle.

Mention spéciale également pour un pari très couillu : évoquer (et même plus), la peine de mort chez les sorciers. Ça arrive très soudainement et ça jette un vrai malaise. J'applaudi l'audace du scénario de ce côté là.

L'ambiance magique n'est pas en reste, j'apprécie toujours plus les petits détails du quotidien plutôt que les débauches de magie outrancière, mais la patte de Rowling est restée quasiment la même et ça fonctionne toujours aussi bien. 

Le gros moins à présent : le scénario

On a en réalité deux histoires : celle de Norbert Dragoneau qui se trimballe avec une valise qui ferme mal pleine de créatures qui ne cherchent qu'à en sortir et la tentative du plus grand mage noir de l'époque pour révéler le monde magique au grand jour et provoquer une guerre contre les non-mages.

On a donc deux enjeux complètement inégaux et on a choisi le plus léger pour traiter le plus important. Un peu comme si Harry Potter et le Prince de Sang mêlé traitait le sujet des Horcruxes à travers la création du magasin de bonbons des frères Weasley.

Alors qu'à la lecture du titre on s'attend à passer le film à rechercher les créatures magiques en en apprenant beaucoup sur elles, on se retrouve avec 3  bestioles qui se baladent et tout le reste est concentré en 2-3 (très belles certes) dans la valise de Dragoneau. Ce film aurait du s'appeler "Norbert Dragoneau et l'Obscurial".

Et non seulement on a un déséquilibre dans le scénario, mais en plus on va beaucoup trop vite. Les personnages sont à peine installés et développés, jamais on n'explique le rôle de Graves dans l'administration des sorciers US par exemple. On va tellement vite qu'il manque au moins une scène : après la capture du rhinocéros à bulbe dans la valise, Norbert et Jacob soupirent de soulagement. Tina les observe depuis le petit pont, puis en descend et s'assoit. Sauf qu'elle s'assoit sur la fameuse valise, et que Norbert et Jacob sont descendus dedans. On ne le montre pas alors que c'est capital puisque Tina emporte la valise au congrès des magiciens et fait sortir Norbert devant tout le monde.

Dernier gros défaut du scénario à mon goût : cette fin cataclysmique et assourdissante qui dure... mais dure... bien au delà de ce qu'il était nécessaire. On enchaine les scènes de destructions gratuites sans aucun intérêt, sans rire ça m'a paru interminable. Tout ça pour finir avec une révélation de dernière minute et un formidable cliché : le méchant qui est arrêté mais qui peut s'arrêter en face du héros juste pour pouvoir lui lancer une réplique qui tue. Même après ça, le film met beaucoup trop de temps à conclure, malgré un Deus Ex Machina grotesque. 

Accessoirement, la fin du film nous révèle comment Norbert Dragoneau aurait pu éviter ses mésaventures : en mettant une ficelle autour de sa valise. Quand je vous parlais des enjeux... (en fait Norbert a un autre but, mais c'est traité en 2 fois 30 secondes alors que ça aurait pu être tout le propos du film).

Passons aux acteurs

Personnellement, à part Collin Farell et Dan Froger, je n'ai pas particulièrement apprécié le jeu du casting. Eddie Redmayne joue une sorte de Doctor Who/Sheldon Cooper atteint d'un syndrome d'Asperger mais sans que ça le rende particulièrement attachant (j'ai plutôt eu envie de lui mettre quelques bafes en fait), le duo de magicienne est clairement oubliable (mention spéciale à la soit-disante Auror, bien plus crédible dans son rôle de contrôleuse des permis baguette). Les seconds rôles moldus m'ont plutôt convaincus. 

Ah oui, Johnny Depp en blondasse punk à moustache. Ahem. 

Et en vrac

  • Le niffleur n'a pas une tête suffisamment magique mais reste une des stars du film
  • Le serpent à plumes qui occupe tout l'espace, ça donne quoi quand il est en liberté ?
  • Pourquoi les magiciens n'utilisent jamais "Accio" quand ils en ont besoin (pour trouver une théière par exemple) ?
  • Pourquoi transplaner toutes les deux secondes si c'est pour ne pas transplaner quand ils en ont besoin ?
  • Pourquoi les sorts n'ont-ils plus de couleurs ? Déjà que sans la prononciation on n'a aucune idée de ce qu'ils se balancent, mais là c'est carrément abstrait.
  • Les petits liens avec la saga sont bien dosés, juste ce qu'il faut.
  • Un film "Harry Potter" sans aucune scène de balais, c'est un peu tristounet.
  • Excellente idée de mentionner la première guerre mondiale côté sorciers.

Voilà, j'ai à peu près fait le tour de mes réflexions.

Malgré ses points négatifs, ça reste un excellent film de divertissement et de spectacle, j'ai passé un bon moment et je le reverrai sûrement avec plaisir, mais comme pour l'épisode 8 de Star Wars, je suis peut être devenu trop exigeant concernant les scénarios.

 

Slagash


13 novembre 2016

AOS : Conversion de Blood Warriors en Esclavagistes de Slaanesh

Bonjour à tous fidèles lecteurs !

Comme vous pouvez le voir sur le côté droit du blog, nous avons atteint les 100 000 visiteurs, je réfléchi à un petit quelque chose pour fêter ça, je vous tiendrai informer en temps et en heure.

Ceci étant dit, aujourd'hui je vais vous parler de la boîte "Storm of Sigmar" que j'avais acheté en fin juillet dernier. J'hésitais à ce moment là à convertir les Khorneux en Slaaneshi. Pour ce qui concerne les maraudeurs de Khorne, ça devrait aller, j'ai quelques têtes de rabatteurs qui leur iront très bien. Pour les Blood warriors la chose était moins évidente, mais après examen des figurines, il n'y a pas tant d'éléments khorneux que ça :

  • la tête avec la forme du symbole de Khorne
  • des ornenements sur les armures et les armes
  • des pendentifs / breloques

------

I everyone !

As you can see, my blog reached 100 000 visitors ! I'm thinking about how to celebrate this, I'll keep you in touch.

Today I'll talk about the Storm of Sigmars Blood warriors that I purchased in july. I was hesitating between paint them as Khorne follower and convert them in Slaaneshi enslavers. I finally decided to chose this last option, I grabed my wire-cutter and...

------

Avec quelques coups de scalpels et de pinces, j'ai pu arriver à un résultat satisfaisant :

20161111_193525

Ici le casque à été rogné et remplacé par deux grande cornes qui viennent du rabiot de char traqueur de Slaanesh.

Here, the top of the helmet has been cut and I made two horns with some part of the seeker chariot of Slaanesh.

20161111_193535

 

Et le symbole de Khorne à été rogné sur la cuirasse.

20161111_193549

 

Pour celui-ci j'ai utilisé la tête slaaneshi disponible dans la boîte de char du Chaos. Il reste cependant un symbole de Khorne, qui pourrait passer pour un trophée peut être. 

For this one, I used the slaaneshi head from the Chaos chariot box. The khornate symbol that is still here could be a trophee.

20161111_193602

20161111_193618

 

Encore une fois, casque rogné, cornes ajoutées et en prime, un bouclier de rabatteur pour remplacer une arme de poing trop connotée Khorne. Par contre il reste le symbole de Khorne que j'ai oublié sur la hache, jepourrai le limer plus tard.

Here again, I cut the helmet, add the horns and replace the hand weapon by a slaanesh shield. 

20161111_193631

 

J'en profite pour redire à quel point les figurines sont impressionantes et agréables à manier, c'est de la très très bonne qualité !

 

Slagash

 

28 octobre 2016

Orctober : premier orque noir fini

adrian_smith_orc_boyz

Le temps passe si vite, hélas, mon rêve lointain de peindre mes orques qui m'avait tiraillé au début du mois ne se réalisera pas, enfin pas tout de suite. 

Néanmoins, le mois n'est pas fini et j'ai un long week end qui m'attends, on ne sait jamais ce que ça peut donner. 

En attendant, voici la bête :

20161020_231605

20161020_231617

20161020_231627

20161020_231644

20161020_231711

Plusieurs essais sur cette figurine, du métal froid et chaud, des ornements turquoise (je deviens gaga avec cette couleur), du "Blood for the blood God" sur les armes, et l'ensemble me plait assez. J'ai deux-trois trucs que j'aimerai tester sur les prochains, notamment un style plus "Third Eye Nuke Studio". 

25 octobre 2016

Donjon & Dragon pour tous !

Ce dimanche avait des airs de vacances de Noël, j'en m'en étais retourné avec madame Slagash chez mes parents pour une journée en famille (car le Slagash a deux frères), et après un long repas, une digestion apathique et un goûter à base de gauffres et de chantilly maison, nous avons cherché un jeu pour cinq.

Différentes options ont été évoquées, notamment un "Règlement de compte" et un "Munchkin Cthulhu" avant que Grand Frère Slagash n'évoque Donjon et Dragon., non pas le jeu de rôle, mais le jeu de plateau édité par Hasbro il y a...mmmh un petit moment déjà.

 

26156156

Le jeu est assez simple, chaque joueur incarne un personnage (Guerrier, prètre, magicienne et roublarde) tandis qu'un dernier joue le Maître du Donjon. A chaque ouverture de porte du donjon le Maître place les éléments qui s'y trouvent (coffres, monstres, colonnes, portes...) et distribue les cartes d'initiative. C'est selon ces cartes que l'ordre de jeu sera déterminé, chacun pouvant alors faire deux actions (mouvement, combat, ouvrir un coffre, changer d'arme, détecter les pièges etc.).

Lesystème de combat est simple mais fonctionne très bien : chaque arme / sort permet de lancer différents dés pouvant faire apparaître entre 0 et 3 épées, déterminant ainsi les dégâts. On soustrait l'armure et on enlève les points de vie. 

Une fois ces bases expliquées et les personnages distribués au hasard aux joueurs, votre serviteur à pris la place du Maître du Donjon.

Je vous avoue que j'avais quelques doutes sur la capacité du jeu à plaire à deux joueuses un peu étrangères à l'univers du jeu de rôle, du coup j'ai rapidement lancé le premier combat (un gobelin qui n'a pas fait long feu évidemment) et finalement la sauce a très bien pris ! Au bout des deux premières aventures il a même fallu un peu forcer la pause diner...

Après deux aventures de niveau un, tout le monde avait un peu de monter en puissance et de gagner de nouveaux objets et sorts, j'ai donc passé deux missions pour arriver directement au premier donjon du niveau deux, et ce fut une vraie belle partie, avec des discussions stratégiques dignes des aventures de mon groupe de jeu de rôle habituel !

Lorsque les aventuriers ont ouvert la grande salle contenant de nombreux ennemis ce fut la panique et ce fut une série de calculs de cases pour savoir qui pouvait s'enfuir où sans risquer de laisser quelqu'un en arrière se faire dézinguer. Des cris, des réussites, de échecs, et même de la tension régulièrement ce qui me fait dire que tout le monde s'est vraiment pris au jeu. Cette dernière partie à bien duré plus d'une heure et nous avons décidé de la raccourcir, parce que le Maître du Donjon devais se lever à 6 heures du matin (être le seul qui travaille un lundi quand on passe une soirée comme celle là, c'est dur). 

Ultime rebondissement, alors que les monstres sont morts et que les aventuriers s'avancent vers les coffres de la dernière pièces, madame Slagash déclenche un piège (indétectable puisque la détection des pièges avait échouée) qui fait revenir à la vie le dernier monstre tué. On a frolé la crise de nerf. 

Bref, un excellent moment partagé et moi qui me prend à zieuter du côté de Dungeon Saga ou Zombicide Black Plague...

  

20161023_213442

20161023_213449

20161023_213514

20161023_221032

20161023_221038

 

Des vases qui font fondre les armes ? Des gnolls tireurs ? Des Goblours ?  Retraiiiiiite !

08 octobre 2016

Fini : Tout premier Stormcast Eternal

Depuis plus d'un an maintenant que l'Âge de Sigmar est sorti, je n'avais pas encore posé le pinceau sur une des nouvelles figurines. J'ai accumulé de quoi monter une mini force de Stormcasts grâce à l'achat de "Storm of Sigmar" et à la générosité du camarade Nithog qui m'a gracieusement donné quelques stormcasts génériques et je réfléchissait depuis à leur futur schéma de couleur.

C'est une discussion sur Warmania qui a été l'élément déclencheur, l'ami FAM s'étant récemment mis au jeu, il recherchait un schéma de couleur ressemblant aux peintures baroques. C'est ce terme qui m'a fait "tilt", j'ai tout de suite re pensé aux sculptures en marbres et porphyres que j'ai pu admirer cet été en Italie. 

J'ai donc décidé de me lancer sur un premier cobaye : effet marbre, décorations en or et tissus rouge sombre. Dans le principe ça me plaisait beaucoup.

Sauf que...

Sauf que je m'y suis pris comme un goret. Je ne sais pas si ça vous arrive à vous aussi, mais ce soir là, impossible de faire quelque chose de correct ! Déjà j'ai sous-couché n'importe comment, ou plutôt avec les moyens du bords, c'est à dire au pinceau sur du plastique bien lisse, ave cune peinture vieillote... Bref, je m'y suis repris à trois fois et c'était déjà pas terrible.

Le temps que le film "Green Zone" se termine, j'arrivais laborieusement à ce résultat :

20160925_224945

20160925_224957

La HONTE quoi, en plus je poste ça en grand...

J'avais clairement l'impression d'avoir regressé de dix ans, mais bon. Je ne me suis pas découragé, et j'ai même posté les photos sur les groupes dédiés à Age of Sigmar sur Facebook. Malgré mes craintes, les retours ont été plutôt positifs et m'ont encouragés à reprendre la peinture en changeant notamment le rouge pour du noir. 

Le lendemain, j'avais réfléchi à cette figurine toute la journée, et le soir venu je me suis jeté dessus en commençant par tout barbouillé au lavis noir, pour ternir tout ça et effacer l'effet "dentifrice". Ça a tellement bien marché que je ne me suis pas arrêté là et j'ai fini la figurine dans la foulée.

Un fois le pinceau reposé, j'ai enfin pu être fier de moi.

20160926_224404

20160926_224414

20160926_224423

C'est tout à fait le résultat que je voulais obtenir, quelque chose de menaçant, représentant assez bien (à mon avis tout subjectif) un guerrier céleste résucité pour faire s'abbatre le châtiment divin sur les ennemis de l'Ordre. 

Reste à trouver comment le socler, et surtout, surtout... A savoir si j'arriverai à reproduire cet effet sur les prochaines figurines !

 

Slagash


06 octobre 2016

Orctober !

Et voici le mois d'octobre qui commence, et avec lui son cortège d'éternuements, de vents piquants, d'arbres qui se déplument, de soupes amoureusement préparées avec les légumes du marché, et bien, d'orques sanguinaires et belliqueux !

Chez nos amis anglo-saxons, il est de coutume de célébrer le mois d'octobre en peignant toutes sortes de peaux vertes, et cette année je peux enfin célébrer Orctober comme il se doit.

adrian_smith_orc_boyz

La première étape est d'avoir des peaux vertes à peindre, cela va de soi. Si j'ai un stock de gobelins et d'orques classiques qui m'attend sagement, je ne l'avais pas sous la main le week end dernier. J'ai donc honteusement fait un auto-caprice et acheté une boîte d'orques noirs, nouvellement renommés "Ardboyz" pour l'Age de Sigmar. 

J'adore tout simplement ces figurines, et je me retenais d'en acheter depuis longtemps, c'est désormais chose faîte !

99120209033_Ardboyz01

 

Le nouveau schéma de couleur "officiel", après un peu d'attention aux couleurs, je l'adore. 

Malgré mon adhésion inopinée pour les couleurs choisies par Games Workshop pour peindre la faction des "Mâchoires d'fer", j'ai décidé d'opter pour un schéma très classique et "réaliste" à base de métal brut et sale et de carreaux blancs et noirs.

Voici une flopée de photos, évidemment aucune d'entre elles ne s'approche de la réalité...

20161002_183221

20161002_183240

20161002_183248

20161002_183301

20161002_183310

20161002_183315

20161002_183321

20161002_183331

 

Les parties les plus avancées sont évidemment l'armure et la peau, reste encore pas mal de travail mais je suis plutôt satisfait du résultat actuel. 

20161002_183343

 

J'ai également commencé deux acolytes pour mon premier orque.

20161002_183355

20161002_183435

Un trio bien subtil. 

Les figurines se montent toutes seules, c'est un vrai bonheur, et la peinture est plutôt aisée aussi, 80% d'armure, un peu de peaux et de cuirs et la figurine est quasiment finie. J'espère pouvoir vous montrer mes avancés très bientôt !

 

Voilà voilà

Slagash

21 septembre 2016

Jeu de plateau : Roi et Assassins

Un petit article pour ne pas perdre la main !

Très bon week end passé entre Angers et le magnifique château de Brissac pour les journées du patrimoine, avec deux trois dépenses : le manuel du général pour Age of Sigmar, un rosé de Loire (évidemment), et un très bon jeu de plateau : "King and assassins" (que j'ai habilement traduit dans le titre). 

Rose-de-Loire-Château-de-Brissac-Brissac-Quincé-Anjou-France

Cela faisait en effet un moment que madame Slagash et moi cherchions un bon jeu de plateau pour deux, trop souvent les jeux sont fait pour être joués à 3-4 voire plus mais intègrent tout de même une version pour deux qui n'est hélas pas idéale.

Si l'on prend l'exemple de l'excellent Sea of Clouds, dans sa version à deux c'est une course aux points qui ne demande pas particulièrement de prendre en compte l'autre joueur. Ce n'est pas que c'est mauvais, mais nous recherchions quelque chose qui tenait vraiment de la confrontation entre les deux joueurs. 

Boite-G

C'est donc le cas avec King and Assassins, édité par Galakta et Runes éditions, qui oppose le roi d'un côté, cherchant à regagner la sécurité du château aidé par ses gardes, et la populace de l'autre, parmis laquelle se dissimulent trois assassins prêts à frapper. 

eclat

 

Niveau matériel, c'est plutôt agréable : du beau carton épais, de jolies cartes et des illustrations très correcte (le peuple est bien représenté mais les gardes et les assassins sont tous copiés collés, c'est un peu dommage). Le support plastique qui permet de garder le pion debout aurait mérité d'être transparent pour éviter de masquer les pieds des personnages. 

Je ne vais pas détailler les règles, elles sont simplissimes. En gros, chaque joueur a un certain nombre d'actions à répartir sur tous ses pions (avancer, monter sur un toit, tuer un assassin, blesser le roi, arrêter un citoyen...), le roi a 15 tours pour se mettre à l'abri ou pour tuer/arrêter tous les assassins. 

Pour le Roi, chaque citoyen peut se réveller être un assassin, ce qui oblige à être paranoïaque et à arrêter toute personne qui s'approche trop près. 

Pour l'Assassin, il s'agit de bien mener son coup, de réussir à s'approcher suffisamment sans se faire arrêter pour atteindre le Roi. 

Une partie dure à peu près 15 minutes, ce qui est assez rapide et permet d'échanger les rôles. D'ailleurs, le plateau de jeu est imprimé recto-verso, on dispose donc de deux "scénarios" de jeu. 

Pour le moment nous sommes conquis, après avoir essayé les deux camps du jeu, on se prend à se triturer les méninges et à établir des stratégies tordues pour arriver à ses fins.

Bref, je conseille !

08 septembre 2016

Warhammer 40K Legend : la collection des romans de Warhammer 40000 en presse

Games Workshop se relance apparemment dans une nouvelle aventure en kiosque avec cette collection de romans de l'univers de 40K :

Chaotica_cloaquis_roman_40k_collection

 

Le site : 

WARHAMMER

Each novel has a brand new introduction that explores the importance of the story and its place in the Warhammer 40,000 universe. Together, they build up into a fascinating collection that provides a unique insight into the 41st Millenium.

http://warhammer40klegends.com

Peut-on espérer une sortie française ? Pas impossible vu que les romans 40K sont largement traduits, au contraire des romans Battle ou AoS.

collection-spine_chaotica_cloaquis

 

Slagash

30 août 2016

Rencontre avec Alan Lee et autres aventures

Le 23  et 24 juillet dernier avaient lieu les Rencontres de l'Imaginaire au Château de Comper. Pour ceux qui ne le connaîtrait pas, le château de Comper est l'endroit où s'est installé le Centre de l'Imaginaire Arthurien, très bel endroit avec une exposition permanente de qualité, des visites guidées très instructives, des expositions d'artistes reconnus etc.

Ajoutez à celà que le château est au pied du lac de la Fée Viviane, lac créé par Merlin pour cacher aux yeux des mortels son château de cristal.

Vous ai-je dit de tous ces lieux se trouvent au coeur de la forêt de Paimpont, aussi connu sous le nom de la Forêt de Brocéliande ?

 Bref, quel plus bel écrin pour un festival dédié aux auteurs et aux illustrateurs du fantastique ?

Mme Slagash et moi même avions réservé cette date aussitôt qu'elle avait été connu, surtout lorsque l'invité d'honneur avait été révélé : Monsieur Alan Lee, en personne ! 

Pour les barbares qui ne connaîtraient pas ce monsieur, il s'agit du plus important illustrateur de l'univers de JRR Tolkien, avec John Howe, et qui a travaillé sur l'ensemble des films de Peter Jackson tirés des écrits de l'écrivain brittanique. Son dessin est très léger, poétique et onirique.

alan_lee_castles_gormenghast02

lee-hobbit_06

lee-lotr_Rivendell

tumblr_m1k4r1qETg1rss2pho1_1280

Donc monsieur Lee allait être à Brocéliande pour faire des dédicaces...

Arrivés le samedi matin, nous avons fait un rapide tour des lieux au Château de Comper :

  • l'exposition intérieure, composée de nombreux panneaux sur la légende arthurienne et ses symboles, notamment celui de l'épée magique.
  • l'hommage à Alan Lee de différents artistes, en fait il s'agit plutôt d'oeuvres des artistes accompagnées d'un mot disant comment Alan Lee a pu les influencer dans leur parcour.
  • L'exposition Alan Lee, assez petite mais un véritable régal pour les yeux, voir des originaux d'un tel artiste, c'est vraiment très impressionnant !
  • le campement de la Garde de Nuit, une tente plantée sur le chemin traversant le petit bois. Quelques mini jeux, démonstrations du jeu de société tiré de l'univers de Georges R R Martin, atelier coiffure médiévale, essaim de moustiques mangeurs d'homme (ou de femme) et aussi...
  • la chasse aux dragons : un jeu-concours où l'on doit trouver une vingtaine de silhouettes de dragons cachés dans le parc et reconnaître l'univers d'où ils sont tirés (et leur nom, s'ils en ont). Malgré notre grande connaissance draconique, plusieurs silhouettes 

 

20160723_115719 20160723_120036

20160723_120152 20160723_120253

Si vous reconnaissez ces dragons, n'hésitez pas à les nommer dans les commentaires !

Et tant que j'y suis, quelques images des originaux de monsieur Lee précédemment mentionnés :

20160724_102526

20160724_102537

20160724_102604

20160724_102632

Ah, cette vue...

 

Le festival de l'imaginaire se passe toujours dans une excellente ambiance, on y trouve aussi toute sorte de personnages, chevaliers, princesses, rois et reines, mais aussi loup garou ou même Homme-Livre :

20160724_131243

20160724_132121

20160724_134220

Point d'orgue de cette première journée, Olivier Ledroit. Le dessinateur était déjà venu l'année dernière et m'avait fait une magnifique dédicace après que je lui ai demandé une valkyrie, et bien cette année, alors qu'il n'était même pas prévu au programme, il a simplement prévenu l'organisation que comme il passait dans le coin il en profiterai pour dédicacer des livres tout le week end. Un beau geste, et l'occasion pour moi de repartir avec une autre très belle dédicace : 

20160828_161407

 

Ceci fait, la journée été déjà bien avancée, nous avons laissé derrière nous la chaleur du château pour nous réfugier dans notre hotel pour profiter d'un cocktail bien frais et d'une climatisation bienvenue. 

Le soir venu, nous avons fait un petit tour au marché de l'imaginaire à Paimpont, mais imaginaire ne veut pas dire extraordinaire, et je l'ai trouvé un peu tristounet par rapport à l'année dernière (où il y avait par exemple, de très belles armes artisanales, loin des répliques un peu cheap des magasins pour touristes). 

Enfin, un arrêt obligatoire à la Fée Gourmande, crêperie d'exception que je vous recommande chaudement !

Le jour suivant a résolument été placé sous le signe d'Alan Lee ("Enfin !" vous me direz). Après s'être rendu compte que nous séjournions dans le même hotel que ce monsieur, nous sommes arrivés tôt au château pour assister à sa "conférence", en fait une simple présentation de son travail et de sa manière d'aborder les dessins, le tout centré surtout sur son travail pour la trilogie de films du Seigneur des Anneaux.

 

20160724_110530

20160724_111317

 

Alan Lee expliquant sa manière de "créer" Minas Tirith : s'imaginant la scène où Gandalf y pénètre au galop, il voit alors la cité à travers ses yeux et la dessine au fur et à mesure. 

20160724_113717

 

Monsieur Lee nous a aussi expliqué qu'il avait beaucoup aimé travailler sur le portrait de chaque personnage pour le générique du troisième film.

20160724_113835

20160724_120955

La transformation de Alan Lee en nain.

Ce fut une très belle heure passée en la compagnie de l'artiste, très humble et plein d'humour, je retiendrai surotut une histoire de pizza qui aurait inspiré ça : 

original

Et oui

Un petit bémol quand même : le traducteur qui faisait son possible mais n'avait tout simplement aucune connaissance de l'unviers de Tolkien ou des films, et donc essayait péniblement de traduire les noms propres et c'était le public (nous) qui devions lui donner les traductions. C'est d'autant plus dommage qu'à côté il y avait le gars qui gérait l'image sur le PC qui, lui, se débrouillait très bien. Bref, ça nous a permi de nous rassurer sur notre niveau en anglais. 

Un sandwich et une part de gateau plus tard, nous nous sommes posé sous la tente des dédicaces en attendant que l'illustrateur revienne pour... ben, dédicacer ses livres. D'ailleurs nous avions eu du flair en achetant la veille son livre de croquis disponible à la boutique du château mais qui fut rapidement épuisé.

alan_lee_cahiercroquis

 

Je lui fit dédicacer pour ma part, le portrait de Stephen Fry en bourgmestre de Lacville : 

zSYXRSZ

 

Et enfin, ultime honneur, une photo instantannée avec le maître illustrateur :

20160725_071536 - Copie

 

"OH MON DIEU JE SUIS EN PHOTO AVEC ALAN LEE !"

La vie réserve de belles surprises, quand j'ai découvert Alan Lee, j'avais une douzaine d'année, un peu plus sans doute, et je regardais les bonus des DVD du Seigneur des Anneaux, en fantasmant totalement sur la direction artistique. Le travail de Alan Lee et John Howe me paraissait (en fait il me paraît toujours) être le plus beau métier du monde. Et une moitié de vie plus tard, me voilà, devant lui en chair et en os. Pfiou.

C'est la tête pleine de rêves que nous sommes rentrés le dimanche soir, en disant au chateau de Comper, à l'année prochaine !

30 juillet 2016

Krakaje : Storm of Sigmar, ouverture de la boîte

61834864

 

Avant tout je veux rappeler plusieurs chose :

  • le logo ci-dessus a été créé par Dragontigre (j'en profite pour le saluer, c'est son blog qui m'a poussé à ouvrir le mien)
  • C'est certes un krakaje, mais TRES raisonnable vu les soldes de mon revendeur, j'aurai pu ressortir avec toute la gamme de Warhammer JDR V3, de la fig Confrontation prépeinte et une armée de Gorille de l'espace...

J'ai donc réussi à me limiter à la nouvelle boîte de Games Workshop : Storm of Sigmar, une sorte de mini-starter pour Age of Sigmar. 

96008586

 

Ravi de te revoir par ici Brad, ça faisait longtemps.

Pour faire plaisir à Brad (et à vous, fidèles lecteurs), voilà ma petite critique de cette boîte, mais autant vous prévenir, je suis ultra fan !

20160730_094020

 

C'est parti, on ouvre donc la boîte pour voir son contenu :

20160730_094125

 

Zou !

20160730_094159

 

Une pochette plastique contient tout le "papier" de la boîte : un guide d'assemblage (décrivant le montage de chacune des figurines de la boîte), une carte pour chaque unité avec un artwork d'un côté et les règles de l'autre, et un livret de jeu. 

20160730_094300

 

Le livret commence par situer très rapidement l'Univers : Sigmar, venant d'un monde détruit par le Chaos rencontre Dracothion, le grand Drac Céleste qui lui révèle l'existence des Huit Royaumes. Avec les autres anciens Dieux, Sigmar oeuvre à la création de nouvelles civilisations. Mais les Dieux finissent par se désunir et le Chaos en profite alors pour conquérir l'ensemble les Royaumes, sauf celui de l'Azyr où Sigmar se retranche. Il créé alors les Stormcasts qu'il envoie combattre les séides du Chaos pour libérer les Royaumes Mortels. 

C'est à ce moment là que le fluff du Starter commence, en effet, suivent plusieurs scénarios de jeu mettant en scène les figurines au fur et à mesure.

20160730_094318

 

Un classique : stopper le rituel, il ne met en scène que 3 figurines du Chaos et 1 de l'Ordre, mais est suffisant pour apprendre les bases du jeu.

Suivent différents scénarios qui finissent par une baston avec l'ensemble des 13 figurines de la boîte. L'équilibrage est assez bien géré car si le Chaos ne fait objectivement pas le poids face aux Stormcasts, des règles spéciales viennent compenser cela, soit par la réapparition des unités détruite, soit par un boost de capacité (dans le dernier scénario, le chef Chaotique a 5 points de vie au lieu de 2).

Suivent les règles de Age of Sigmar, et quelques pubs pour les récentes boites contenant 2-5 figs (les mêmes que dans le starter je crois d'ailleurs).

20160730_094348

 

Les illustrations vont du mauvais (Ravageurs) au plutôt bon (Guerriers du Sang). 

20160730_094405

 

Photo floue des règles...

20160730_094453

 

Socles, décalcos et dés.

20160730_094517

 

Et les grappes, une de chaque unité. La découpe des pièces est assez hallucinante mais ça n'a pas l'air facile à convertir...

 

BILAN

Je trouve que Storm of Sigmar est une excellente boîte, pour plusieurs raisons :

  • Son prix, 25€, très raisonnable pour 13 figurines de cette qualité, plus les bonus genre dés ou livret.
  • Un vrai livret d'accompagnement, avec une mini campagne pour les débutants.
  • Les cartes, très pratiques pour le jeu, ils auraient pu juste mettre les règles dans le livret.
  • Le concept : c'est une vraie boite de découverte, très peu chère, très accessible, qui se destine vraiment aux jeunes joueurs ou futurs joueurs. C'est un achat qui n'engage pas autant que la boîte à 100€.

Il est important de rappeler à qui cette boîte ne s'adresse PAS : les vétérans, ceux qui ont déjà la boite de base et qui connaissent bien le jeu. 

C'est en tant que "débutant" à Age of Sigmar que j'ai pris cette boîte, j'avais envie de manier un peu ces nouvelles figurines et éventuellement de compléter ces mini forces par d'autres boites après coup. En tout cas j'ai très envie de poser mes pinceaux dessus.

Cela m'amène à une question, dois-je simplement peindre les figs où devrais-je me lancer dans des conversions pour, par exemple transformer les Khorneux en Slaanesh (si si c'est jouable !). Je balance vraiment entre les deux...

 

Slagash