Le 6 février dernier était lancé le mouvement AOS28 sur le forum The Grand Alliance Community :

IMG_1564.JPG

Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi ce nom ? A quoi cela correspond-t-il ? J'essayerai de répondre à toutes ces interrogations.

Pour comprendre le nom, d'abord, je vais faire un rapide retour en arrière.

En 2001, l'auteur maudit Gavin Thorpe sort Inquisitor, un jeu de figurine se passant dans l'univers de Warhammer 40 000 mettant en scène des inquisiteurs et leurs suites, se battant contre des menaces telles que le Chaos, les aliens ou pire... d'autres Inquisiteurs ne partageant pas leurs vues. 

inquisitor

C'est un jeu de rôle avec figurines, on n'en joue que quelques unes (3 à 5 environ) et les règles sont très loin de la "simplicité" de Warhammer 40000 : équipement quasi infini, répartition des dégats, effets psychiques en pagaille, et surtout des possibilités d'action dignes du jeu de rôle (prendre le contrôle d'un camion pour aller le faire s'exploser sur une cuve de carburant par exemple). 

Dernier point : le jeu est à l'échelle 54mm, c'est à dire beaucoup plus grand que l'échelle 28mm du jeu de batailles de masse. 

Warhammer 40000 n'est pas ce qu'on pourrait appeler un univers tout public, et celui tout particulier d'Inquisitor l'est encore moins. On parle d'un univers très sombre, gothique, où la morale est une valeur des plus floues. Qu'est-ce qui est bon ? Massacrer des milliers d'innocents pour être sûr qu'un seul individus ne pourra pas nuire à l'Imperium ? Pactiser avec des démons pour mieux combattre d'autres démons ? Il n'y a pas de bien, ni de mal à Inquisitor, enfin pas au sens classique.

Cette particularité à fait que depuis longtemps, on a attribué à Warhammer 40000 l'adjectif anglais "grimdark", de grim (sinistre) et dark (sombre). Histoire de faire comprendre que c'est vraiment pas joli joli voyez vous ?

ded5293cb913b3f82ccca5126a7e522c

warhammer-40000-art-d0bfd0b5d181d0bed187d0bdd0b8d186d0b0-imperium-322656

L'un des inspirateurs de ce "grimdark" n'est autre que John Blanche, le chef illustrateur de Games Workshop, qui depuis plus de trente ans, fait bénéficier les univers de l'entreprise de son coups de crayon visionnaire et cauchemardesque. Bonus, le monsieur peint également et d'une manière qui s'éloigne beaucoup des schémas officiels pour donner une tout autre dimension aux figurines.

311e837f1fdf126aa2b6726f5bf76d2c

1454217428876

4571554ea5a1dce5c063dc77024b15b5

Inquisitor n'ayant plus été suivi au bout de quelques années, certains joueurs ayant décidé de continuer à jouer ont trouvé qu'il était bien plus simple de réduire l'échelle du jeu à l'échelle de Warhammer 40000 (le 28mm) car cela permettait d'utiliser les dizaines de références existantes et de les mixer pour créer des figurines originales.

Ce qui nous amène à Inq28.

Inq28 est tout simplement le jeu Inquisitor ramené à l'échelle 28mm. Au fil des années et avec la mise en avant du style de John Blanche et de ses compagnons de jeux via la rubrique Blanchistu du magazine White Dwarf, le jeu et le style ont commencé à se démocratiser.

blanchitsu

1add2478d8a9771c9edd2b8b7c1f364516804409_254529344998362_1658168405661564229_o16807562_255182258266404_6013012008470540560_n

Si les règles peuvent énormément varier, la recherche d'une esthétique très marquée se maintient, amenant à des chefs d'oeuvres se partageant largement via des sites, blogs er groupes facebook.

Cette communauté s'est créée il y a maintenant quelques années et l'abréviation Inq28 est immédiatement synonyme pour l'initié de conversions mettant en avant la part sombre de l'univers.

C'est pourquoi, ce 6 février 2017, c'est sous le nom de AoS28 qu'a été présenté le mouvement jumeau de Inq28, bien que ses concepteur admettent bien volontier que ce nom n'a pas beaucoup de sens puisque le jeu Age of Sigmar se joue déjà à l'échelle 28mm. Il s'agit en fait de pouvoir faire le lien immédiatement avec Inq28 et donc d'y associer les mêmes idées : figurines converties, bandes réduites construites souvent par des acolytes misérables gravitant autour d'individus puissants, absence de démesure (pas de tanks plein de canons à Inq28, pas de machines de guerre cyclopéennes à AoS28) etc.

Heureusement, le sous titre "the Dark Age of Sigmar" permet au néophyte d'avoir une idée du concept assez facilement.

Tout cela est bien beau, mais qu'en est-il des règles ?

Si Inq28 se joue avec les règles d'Inquisitor, AoS28 se joue avec les règles d'Age of Sigmar. Simple non ? Pas tout à fait. Inquisitor est déjà fait pour jouer de petites bandes et gérer leur évolution, comme un jdr. Age of Sigmar est fait pour se faire s'affronter des armées pleines de monstres et d'invocateurs de pluies de météorites, sans aucun aspect d'après-bataille, ni d'évolution des figurines.

C'est pourquoi les concepteur d'AoS28 se sont tourné vers des règles déjà créées sous le nom de "Hinterlands", en bon français : Arrière Pays. Les règles Hinterlands sont tout simplement un mode d'escarmouche pour Age of Sigmar, elles permettent de recruter une petite bande de figurines en excluant les plus fortes qui seraient déséquilibrées à ce format et de gérer l'évolution de chacune des figurines (une bande se compose de 15 figurines maximum, rendant possible cette gestion) y compris leurs blessures et l'expérience acquise. 

Pour résumer jusqu'à présent :

AoS28 est un concept : l'idée est de réprésenter la part sombre des Neuf Royaumes, on y trouve des humains misérables, des elfes plus effrayant que des serviteurs du Chaos et quelques rares stormcasts considéré comme des Dieux marchants parmis les hommes. C'est avant tout une vision, une esthétique, une recherche de l'originalité. Cela passe à la fois par un travail de conversion, mais également de création narrative puisque chacun est encouragé à inventer une histoire à ses figurines.

859490_sm-Aelves, Age Of Sigmar, Aos28, Wood Elves

859491_sm-Aelves, Age Of Sigmar, Aos28, Wood Elves

C5Nv3WXUEAAD9wt

Hinterlands est un corpus de règles additionnelles aux règles de Age of Sigmar : elles peuvent évidemment être jouées par tout le monde sans aucune obligation de se "conformer" aux codes de AoS28. Ce sont simplement des règles permettant des affrontement narratifs de petite taille.

Les concepteurs d'AoS28 ont simplement considéré que les règles Hinterlands étaient adaptées à leur idée, mais on peut trouver des gens qui convertissent des figurines à la manière de AOS28 sans même jouer ou en jouant avec les règles de base, et des joueurs utilisant Hinterlands sans jamais avoir entendu parler de AoS28.

Terminons à présent par une petite complication : les concepteurs d'AoS28 ont, à leur tour, ajouté des règles à Hinterlands pour permettre plus de flexibilité lors de la création de leurs figurines. C'est une démarche logique puisque AoS28 est avant tout un concept de modélisme et de narration. Ces ajouts permettent notamment l'utilisation de grosses créatures et la modification de mots clés.

Par exemple : j'ai moi même convertis des Blood Warriors de Khorne en esclavagistes de Slaanesh. La flexibilité d'AoS me permet de modifier les règles des Blood Wariors et d'en enlever les mots clé "Khorne" et "Bloodbound" pour y ajouter "Slaanesh". Ça n'a l'air de rien comme ça, mais ça permet de mettre en cohérence des figurines et leurs règles.

J'espère que cet article vous aura permit de mieux vous y retrouver dans tous ces termes et surtout vous aura donner envie de découvrir Inquisitor, Age of Sigmar et leurs variantes.

Je vous laisse avec quelques liens utiles :

 

Slagash