Je reprends la série des château de la Loire avec aujourd'hui avec le château de Villandry, troisième château que nous avons pu visiter lors de notre premier séjour dans cette magnifique vallée. 

Pour replacer le contexte, nous y sommes allé au mois de novembre, ce n'est jamais la période idéale pour les jardins par exemple.

Le château n'a pas eu une existence paisible. La première forteresse, dont il ne reste plus grand chose, a vu Henri II Plantagenêt reconnaître sa défaite devant le roi Phillipe Auguste. Cette première forteresse, après être passée entre les mains de plusieurs familles, fut rasée par Jean le Breton en 1532. 

Il fait raser la forteresse et construit le château actuel.

Comme beaucoup de grandes demeures, le château a été lourdement modifié au fur et à mesure de les nouveaux propriétaires le réaménageaient à leur goût et surtout à la mode de l'époque. Ainsi, les jardins français sont complètement transformés en jardins anglais, les terrasses sont supprimées. 

Si les intérieurs sont aménagés avec goûts au XIXème siècle, c'est moins le cas de l'extérieur qui souffre de très lourdes modifications, lui faisant perdre beaucoup de ses caractéristiques de la Renaissance. 

Le temps allant, changeant encore de propriétaires de nombreuses fois, le château devint de plus en plus encombrant, et fut revendu de moins en moins cher jusqu'à ce qu'il fut envisager de le démanteler entièrement afin de revendre ses pierres, comme cela s'est malheureusement trop souvent passé pour d'autres domaines. 

Les sauveurs, à tous points de vue, de Villandry, s'appellent Joachim Carvallo et Ann Coleman, l'un est docteur, l'autre est une scientifique et riche héritière de la sidérurgie américaine. Le couple achète le château en 1907  et ensemble ils recrutent une armée d'une centaine de maçons et redonnent aux façades leur aspect du XVIème siècle.

P1170933

Les façades telles qu'elles ont été restaurées.

P1170934

 

P1170936

P1170937

 

P1170939

 

Villandry est célèbre pour ses jardins. Lors du rachat en 1907, le parc est aménagé de manière romantique. Le docteur Carvallo et sa femme restituent encore une fois l'aspect du parc d'origine. Ils redécouvrent le potager ornemental et le miroir d'eau. Depuis cette époque, Villandry n'a cessé de faire évoluer ses extérieurs. 

P1170940

P1170941

 

Villandry étant un lieu touristique, il n'est pas autorisé aux propriétaires (les descendants de Joachim Carvallo et Ann Coleman) de vendre, ni même de donner les fruits du potagers. Afin qu'il n'y ait aucun gâchis, le château regroupe simplement la récolte sous un préau connu de tous les habitants. Et si ceux-ci se la partagent, ce n'est plus de la responsabilité du château. 

P1170943

P1170944

 

Le miroir d'eau.

P1170945

 

P1170948

P1170949

 

Les cuisines

P1170951

 

La salle à manger, avec fontaine je vous prie...

P1170952

 

Une chambre Empire, souvenir de l'époque où le château appartint au frère de Napoléon premier. Remarquez le magnifique parquet. Villandry en compte de magnifiques.

P1170954

 

Vu d'en haut, le potager prend toute sa dimension.

P1170956

 

Un autre remarquable parquet dans la chambre du potager.

P1170960

 

Le jardin de l'Amour

 

P1170961

 

P1170962

P1170963

P1170964

P1170966

P1170970

 

Contrairement à Chenonceau et son Ipod et Chambord et sa tablette à remonter le temps, la visite s'est cette fois faite avec un guide, un vrai en chair et en os. L'avantage évident est d'avoir une vraie présence humaine qu'aucun support numérique ne peut remplacer. Le fait d'avoir un guide permet également de poser des questions, tout simplement. Mine de rien, ça change pas mal de chose. L'inconvénient, c'est que l'on perd de la liberté dans la visite. Quand le guide avance, tout le monde avance. Du coup, un manque certain de photos du au fait que je trouve très malpoli de prendre des photos à gauche et à droite pendant que l'on me parle. Il faudrait un peu de temps, ne serait-ce qu'une minute, pour déambuler librement et profiter de la pièce avant de passer à la suivante.

Malgré ce bémol, la visite est passionnante et la flânerie dans le parc est un plaisir pour les yeux et pour l'esprit.

Après Chenonceau et Chambord, nous avions décidé de faire cette visite, surtout parce qu'elle était sur notre chemin, sans nous attendre à quoi que ce soit de particulier. Ce fut une très belle surprise.

Pour compenser le manque de photos et de détails, je vous renvoi au site du château, très bien fait et détaillé pièce par pièce, ce qui vous permettra de voir la bibliothèque par exemple, ou l'extraordinaire plafond oriental.

http://www.chateauvillandry.fr/

 

Slagash